Présentation PowerPoint

Présentation PowerPoint

Risques radiologique ADMJSP/ ple numrisation 2018 Le risque radiologique Connaissance radiologique du risque Mise en vidence de matires

radioactives Techniques d'autoprotection Objectifs A la fin de cette partie, vous serez capable de citer les modes de protection face aux risques radiologiques et dexpliquer le droulement type dune intervention radiologique.

Droulement type d'une intervention Information sur les CMIR 2 Connaissance du risque radiologique Caractristiques : Sous le vocable radiologique nous trouvons deux risques : Le risque Nuclaire li la prsence de sources radioactives fissiles naturelles ou artificielles dont la masse critique est susceptible dengendrer une raction de fission.

Le risque de criticit est donc la probabilit de produire une raction nuclaire en chane. 3 Connaissance du risque radiologique Caractristiques : Le risque Radiologique est li la prsence de sources radioactives naturelles ou artificielles dont lemploi ou leur application se trouve principalement dans les activits suivantes : la mdecine ; la recherche applique ;

le domaine militaire ; le domaine industriel et conomique. 4 Connaissance du risque radiologique Caractristiques : Lieux ayant une forte probabilit de possder des sources radioactives sont nombreux. En voici quelques exemples : Centrales nuclaires, Les hpitaux et les cliniques (services de radiologie, mammographie, etc.), Les appareils de gammagraphie,

Entreprises utilisant des jauges radioactives, Entreprises de conservation de denres alimentaires, Aroports, Etc. 5 Connaissance du risque radiologique Caractristiques : Nous pouvons aussi trouver des sources radioactives dans : les dtecteurs de fume,

les paratonnerres : 6 Connaissance du risque radiologique Caractristiques : Environ 300 000 colis de matires radioactives circulent en France annuellement. Le plus grand nombre tant constitu de radio-isotopes destins un usage mdical, pharmaceutique ou industriels. Ces colis sont trs divers et peuvent tre transports dans la voiture d'un particulier

7 Connaissance du risque radiologique Structures de la matire : Chaque chose, chaque objet qui nous entoure est compos de matire sous diffrentes formes (eau, gaz, liquide). La plus petite partie dun corps pur est la molcule. Les molcules sont composes d'atomes, lments infiniment petits. Un atome est constitu de 2 parties distinctes : un noyau et des lectrons qui gravitent autour. Le noyau est constitu de protons et de neutrons.

8 Connaissance du risque radiologique Structures de la matire : lectron : Particule charge ngativement, qui se dplace grande vitesse autour du noyau, sur des couches lectroniques. Proton : particule charge positivement et dont la masse quivaut deux mille fois celle de llectron. Neutron : particule neutre sur le plan lectrique, dont la masse est lgrement suprieure celle du proton. Les protons et les neutrons sont aussi appels nuclons.

9 Connaissance du risque radiologique Structures de la matire : Neutron : particule neutre sur le plan lectrique, dont la masse est lgrement suprieure celle du proton. Les protons et les neutrons sont aussi appels nuclons. Isotope : Ils ont le mme nom et le mme symbole, ils ont les mmes proprits chimiques mais leurs proprits physiques sont diffrentes. 10

Connaissance du risque radiologique Structures de la matire : 11 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Les corps radioactifs peuvent avoir une origine naturelle (radioactivit naturelle) ou une origine artificielle (radioactivit artificielle). Les premiers sont rencontrs dans la nature, les seconds sont initis en

laboratoire par excitation dun lment stable. Parmi tous les lments chimiques, on rencontre des noyaux stables ou instables. Cette instabilit est lie la composition du noyau en protons et en neutrons. 12 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Un corps radioactif est un lment chimique comportant un noyau instable qui possde la proprit de pouvoir subir spontanment des transformations modifiant sa structure interne pour revenir vers un tat de stabilit.

Cela s'appelle la dsintgration. Ces transformations aboutissent lmission dun rayonnement radioactif. Lmission de rayonnements radioactifs correspond au phnomne de dsintgration qui permet de dfinir lactivit. 13 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : La radioactivit peut tre dfinie comme la proprit de certains noyaux atomiques dmettre des particules ou des rayonnements lectromagntiques.

14 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : La priode : Lactivit dune substance radioactive dcrot en fonction du temps de faon uniforme, de sorte que pour un temps donn son activit est rduite par deux. Ce temps correspond la priode radioactive. La priode varie en fonction de la nature des lments. La radioactivit peut disparatre trs rapidement mais certains radiolments peuvent mettre plusieurs milliards d'annes avant de devenir stables.

15 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : L'nergie : Chaque dsintgration libre de l'nergie sous forme de rayonnement, qui, quant il traverse une autre matire provoque des dgts aux atomes rencontrs. Cette matire sera donc irradie de faon plus ou moins importante. 16

Connaissance du risque radiologique La radioactivit : L'activit : Lactivit dun chantillon radioactif correspond au nombre de dsintgrations quil subit par unit de temps. Lunit dactivit dans le systme international est le Becquerel dont chaque unit reprsente une dsintgration par seconde. Elles correspondent au nombre de dsintgrations mesures dans un gramme de radium 226. Plus lactivit est grande, plus lmission de rayonnements radioactifs est importante.

17 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Les rayonnements : Chaque dsintgration entrane des rayonnements. Ces rayonnements vont perdre de l'nergie donc dcrotre chaque fois qu'ils traversent de la matire. Chaque type de rayonnement possde un certain pouvoir de pntration de la matire et une longueur de parcours dans l'air ou l'eau plus ou moins courte. Ce qui permet ensuite de considrer un type d'cran afin de les stopper.

18 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Type Pouvoir pntration Parcours air Parcours eau

Ecran adapt peu pntrant 5 cm maxi quelques micromtres

papier, tissu, peau peu pntrant 15 m maxi quelques millimtres plastique, PVC,

verre, alu x trs pntrant environ 1.5 km quelques mtres bton, plomb

n trs pntrant Infrieur 3 km quelques mtres bton, plomb

19 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Les rayonnements ne sont pas dcelables par nos cinq sens. Ils sont impalpables, invisibles, inodores, n'mettent aucune chaleur, inapprciables mme pour une irradiation (interne ou externe) aux consquences mortelles. Ainsi l'Homme n'aura pas certains rflexes lmentaires de sauvegarde comme il pourrait les avoir face aux dangers chimiques ou thermiques par exemple.

20 Connaissance du risque radiologique La radioactivit : Le seul moyen de les reprer est d'utiliser un appareil de dtection dont dispose la CMIR (Cellule Mobile Intervention Radiologique). 21 Connaissance du risque radiologique La radioactivit :

Ces divers appareils permettent de mesurer : L'activit que nous avons vue prcdemment. Le dbit de dose : c'est la quantit dnergie cde la matire par unit de temps. Entre dose et dbit de dose, il y a la mme relation quentre les kilomtres et les kilomtre /heure. On lexprime en gray / heure ou en rad / heure. 22 Connaissance du risque radiologique La radioactivit :

La dose absorbe : cela correspond la quantit dnergie cde par les rayonnements une certaine masse de matire. Le Gray (Gy) est la dose absorbe par un lment de matire de masse de 1 kg auquel les rayonnements ionisants communiquent une nergie de 1 joule. Le Rad (rad) est lancienne unit, mais elle est encore frquemment employe par habitude. 23 Connaissance du risque radiologique

La radioactivit : L'quivalent de dose absorbe : Selon la nature des rayonnements, les effets biologiques dus lirradiation observs au niveau des tissus humains peuvent tre trs diffrents. Pour traduire les diffrences defficacit biologique des diffrents rayonnements, on introduit un facteur de qualit (FQ) qui relie la dose absorbe Le facteur de qualit dpend du rayonnement en cause. Un coefficient est appliqu chaque rayonnement. 24

Connaissance du risque radiologique La radioactivit : L'quivalent de dose absorbe : Le facteur de qualit dpend du rayonnement en cause. Un coefficient est appliqu chaque rayonnement. Lquivalent de dose sexprime en Sievert (Sv) ou en Rem dans lancienne unit. 25 Connaissance du risque radiologique

Rayonnements corpusculaires : Ce sont des particules de matire mises par le noyau. Rayonnement alpha - : Il concerne les radiolments lourds qui ont un excs de nuclons (protons et neutrons). 26 Connaissance du risque radiologique Rayonnements corpusculaires : Rayonnement bta - : Il concerne les noyaux qui ont un excs de neutrons par rapport aux protons. Un des neutrons se transforme en un proton.

Un lectron est cr et aussitt ject du noyau. Le total des masses conserves et le total des charges lectriques est nul. 27 Connaissance du risque radiologique Rayonnements corpusculaires : Rayonnement neutronique - n : Trs peu datomes mettent spontanment des neutrons. Le rayonnement neutronique est surtout prsent dans le cur des centrales nuclaires, lors de la fission nuclaire (interaction dun neutron sur un noyau fissile).

Le noyau va se casser en 2 parties (produits de fission) et un ou plusieurs neutrons sont mis lors de cette fission. 28 Connaissance du risque radiologique Rayonnements lectromagntiques : Ce sont des ondes lectromagntiques. Comme la lumire, elles se dplacent une vitesse de 300 000 km/s. Rayonnements X : Ce sont des ondes lectromagntiques dont lorigine diffre des rayonnements prcdents. Il peut tre produit artificiellement par

un gnrateur X. Lnergie ainsi dveloppe est compense par lmission de photons X. 29 Connaissance du risque radiologique Rayonnements lectromagntiques : Rayonnements gamma - : Aprs transformation ou , le noyau rsultant est le plus souvent dans un tat dit excit. L'excs d'nergie du noyau est ject de l'atome sous forme de photons, sans masse et de nature lectromagntique. En grand nombre, ils forment le rayonnement gamma. Il s'agit d'une dsexcitation.

Le rayonnement gamma est donc une consquence dune dsintgration alpha ou bta. 30 Effets sur l'homme Lorsque les rayonnements atteignent un organisme vivant, ils crent des dgts dans certaines cellules de ces derniers. On considre 2 types d'effets sur l'homme Lirradiation

La contamination 31 Effets sur l'homme Lirradiation : Lirradiation correspond une exposition aux rayonnements ionisants dune partie du corps : Si la source mettrice du rayonnement est lextrieur de lorganisme, on parle dirradiation externe ; Elle peut tre due au passage d'un nuage radioactif ou des dpts radioactifs sur le sol, les objets ou les tres vivants.

32 Effets sur l'homme Lirradiation : Si la source pntre lintrieur de lorganisme, on parle dirradiation interne. Elle se fait lors de l'inhalation d'air contamine, ingestion de produits contamins. En fonction du rayonnement, les effets de lirradiation sur la peau varient : - alpha : aucun danger ; - bta : irradiations superficielles ; - gamma, neutron : irradiations intenses. Une personne irradie ne constitue pas un danger pour autrui, linstar dun brl qui ne brle pas, un irradi nirradie pas !

33 Effets sur l'homme La contamination : La contamination correspond un dpt de matire radioactive sur une surface ou une partie du corps ; on distingue la contamination externe et la contamination interne : Si la matire radioactive se dpose la surface de la peau ou sur un vtement, on parle de contamination externe ; 34 Effets sur l'homme

La contamination : Si la matire radioactive pntre lintrieur de lorganisme, on parle de contamination interne. Elle peut se produire par trois modes de pntration : Inhalation ; Ingestion ; Voie percutane (par lintermdiaire dune blessure). La contamination interne entrane une irradiation interne. Une personne contamine constitue un danger pour autrui car un transfert de contamination est possible et la matire dpose induit un danger dirradiation. 35 Effets sur l'homme Effets biologiques :

Les rayonnements ont des effets variables sur les cellules vivantes selon La dose reue, Le type de rayonnement, Le type de cellule et sa vitesse de reproduction. 36 Effets sur l'homme Effets biologiques : Les effets non alatoires : Ces effets napparaissent que pour une exposition dpassant une certaine valeur de dose absorbe, appele seuil et sont associs une exposition de

courte dure. Ce type deffets ne peut tre rencontr que dans le cas daccidents majeurs. 37 Effets sur l'homme Effets biologiques : Les effets non alatoires : Les consquences pathologiques peuvent tre : Aucune consquence, Une modification de la formule sanguine, Nauses, vomissements, malaises, Une cataracte, une strilit, une anmie, etc. Des brlures.

Une exposition aigu subie par un organisme entier susceptible dentraner le dcs de lindividu expos, en labsence de traitement mdical, correspond une dose absorbe suprieure 5 Grays. 38 Effets sur l'homme Effets biologiques : Les effets alatoires : Il ny a pas proprement parler de seuil pour les effets alatoires. Ils correspondent plutt des expositions rptes et frquentes ou sur de longues priodes des valeurs infrieures aux seuils. Les consquences sont principalement lapparition de cancers ainsi que des

mutations gntiques susceptibles dtre transmises la descendance. Pour un quivalent de dose de 1 Sievert, des tudes statistiques mettent en vidence que la probabilit de dcs par cancer pour un adulte est estime 1,25 %. 39 Mise en vidence des matires radioactives Diversit des sources d'information : Les matires radioactives sont transportes de leurs lieux de fabrication et de stockage vers des lieux dutilisation voire dlimination. Deux principes de base ont ts retenus pour rpondre la rglementation : La sret repose essentiellement sur le colis,

Le degr de sret est fonction du danger potentiel de la matire quil contient. De ce fait, nimporte quel mode de transport peut tre adopt, nimporte quel itinraire emprunt, ds lors que la matire est vhicule dans un emballage adquat. 40 Mise en vidence des matires radioactives Diversit des sources d'information : Un transport de matire radioactive est un vhicule avec un ou plusieurs colis. Un colis est un emballage et un contenu.

41 Mise en vidence des matires radioactives Diversit des sources d'information : Sur le lieu de stockage ou de fabrication ou d'utilisation les locaux les secteurs sont dlimits par panneaux avec le trfle : Zone surveille : trfle bleu, Zone contrle : trfle vert, jaune ou rouge. 42 Mise en vidence des matires

radioactives Forme de la source : Les sources scelles : On enferme le radio-isotope dans une enveloppe dont l'tanchit permet, en utilisation normale, le passage du rayonnement tout en vitant une ventuelle dispersion de la substance radioactive dans le milieu ambiant. Il ny a pas de contamination dans les conditions normales dutilisation. Attention : en cas dincendie, toujours suspecter une dgradation de lenveloppe. 43 Mise en vidence des matires

radioactives Forme de la source : Les sources scelles sous forme spciale : Cest une source scelle qui doit rpondre certains critres soit : De dimension et proprits physiques (inflammation, dissolution) Contenue dans une capsule rpondant certaines conditions : rsistance aux chocs, preuve de percussion, preuve thermique, preuve dimmersion. 44

Mise en vidence des matires radioactives Forme de la source : Les sources non scelles : Elle est utilise sous la forme physique (liquide, gaz, poussire) la plus approprie. Elle induit, outre un risque d'irradiation, des risques de contamination, mme dans les conditions normales dutilisation. 45

Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis exempts ou excepts : Prsence de matire radioactive indique lintrieur. Usage : certains emballages vides contamins, radiolments pour la recherche ou diagnostic mdical, certains articles et instruments (radio luminescents), masse faible. 46 Mise en vidence des matires

radioactives Emballages : Colis de type A : Principe : on limite lactivit pour le transport. Ils sont destins aux transports de petites sources. Ce sont des colis de faibles dimensions et de masse infrieure 100 Kg. Cest crit TYPE A sur lemballage. 47 Mise en vidence des matires radioactives Emballages :

Colis de type A : Tests (identiques aux colis industriels) : Une chute sur une surface indformable une hauteur maximum de 1,20 m, Une compression quivalente 5 fois leur poids (preuve de gerbage), Une aspersion pendant au moins une heure avec une hauteur de prcipitation de 5 cm au moins, La pntration par une chute dune barre de 6 Kg dune hauteur d1 m. 48 Mise en vidence des matires radioactives Emballages : La

49 Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis de type B : Les emballages de type B sont conus pour rsister aux effets dun accident de transport en conservant lintgrit de leurs fonctions de confinement et de blindage. 50

Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis de type B : On n'accepte pas que le colis soit dtruit, ainsi ces colis subissent des tests svres en srie : Une chute de 9 m sur une surface indformable, Une chute de 1m sur un poinon, Un incendie pendant 30 minutes 800C minimum, Une immersion sous 15 m deau pendant 8 h. 51

Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis de type B : Les emballages portent linscription TYPE B . Utilisation : sources usage mdical, industriel, combustible des centrales 52 Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis de type C :

Les colis de type C permettent de transporter des matires radioactives de forte activit. Ils sont aussi appels colis ariens car ils doivent prsenter des caractristiques de rsistance telles que leur intgrit serait conserve en cas de crash davion. 53 Mise en vidence des matires radioactives Emballages : Colis de type C :

Les tests en srie : Une chute de 9 m sur une surface indformable, Une chute de 3 m sur un poinon, Un incendie pendant 60 minutes 800C minimum, Une immersion 200 m pendant 1h, Un choc 90 m / s (324 km / h) sur une surface indformable, 54 Mise en vidence des matires radioactives Signes rglementaires d'identification : Ltiquetage du colis ne dpend pas de la nature ou de lactivit du

radiolment transport mais des dbits de doses admissibles au contact et 1 m du colis. 7D Exemple : 7A 7B 7C 7 A : pas de prcaution particulire si emballage intact

7 C : manipuler rapidement et isoler 55 Mise en vidence des matires radioactives Signalisation des vhicules : Les vhicules transportant des sources radioactives doivent tre placards sur leurs faces latrales et arrire avec ltiquette. Ils doivent galement porter les panneaux orange lavant et larrire. 56 Mise en vidence des matires

radioactives Signalisation des vhicules : Documents de transport : La dclaration dexpdition, Consignes de scurit, Certificat dassurance de la qualit du transporteur, Certificat dagrment du vhicule, Certificat de formation du conducteur, Pice didentit du conducteur. 57

Mise en vidence des matires radioactives Facteurs d'aggravations : Compte tenu de la lgislation en vigueur, le risque de contamination est faible. Toutefois, certains vnements peuvent aggraver sensiblement consquences d'un accident mettant en jeu des matires radioactives : les La perte de confinement : le colis est dtrior; il ne joue plus son rle de limiteur de d'activit de radioactivit et de confinement. Il y a donc de forts risques d'irradiation, voire mme de contamination.

58 Mise en vidence des matires radioactives Facteurs d'aggravations : La dispersion : dans l'espace lors d'une mto dfavorable : vent, pluie ; Le feu : faisant prsager une pollution atmosphrique et une contamination des sols par l'coulement des eaux d'extinction. 59 Technique d'auto protection

La protection contre lexposition externe : Il y a exposition externe (irradiation) lorsque le corps humain est soumis, en totalit ou en partie, aux rayonnements mis par une source radioactive qui lui est extrieure. Dans ce cas, laction nocive prend fin ds que lindividu nest plus soumis au rayonnement. On peut sen protger par : le temps, la distance, les crans, 60

Technique d'auto protection La protection contre lexposition externe : Protection par la distance : Le dbit de dose dcrot trs rapidement avec la distance. Il obit la rgle suivante : Le dbit de dose dun rayonnement en un point est inversement proportionnel au carr de la distance de ce point, la source quil met . Exemple : pour un dbit de dose mesur 1 mtre d'une source, 2 mtres, le dbit dose est divis par 4. Principe valable uniquement pour les rayonnements lectromagntiques et les neutrons. 61

Technique d'auto protection La protection contre lexposition externe : Protection par le temps : Les doses absorbes sont directement proportionnelles la dure dexposition. Il faut donc limiter la dure dexposition aux rayonnements. 62 Technique d'auto protection La protection contre lexposition externe : Protection par les crans : Les crans peuvent tre de formes diverses, solides ou liquides et tre utiliss

pour absorber tout ou partie du rayonnement. Ils doivent toujours tre appropris la nature, lnergie et lintensit du rayonnement. Il existe des crans moitis qui derrire ceux-ci divisent le dbit de dose par 2 (on parle dpaisseurs moitis) et des crans diximes qui divisent le dbit de dose par 10 (paisseurs diximes). 63 Technique d'auto protection La protection contre la contamination : Isolement du milieu contamin : Sil est possible de se protger aisment contre lirradiation par une source

maintenue distance, ce nest pas la mme chose dans le cas dune contamination. Il importe donc que le contact direct avec la source soit vit. Lobjectif est donc de sisoler du milieu contamin, grce aux TLD notamment 64 Droulement d'une intervention Dans le cas d'un feu avec prsence de matires radioactives ou ds la dcouverte d'une source, par un binme lors d'une intervention, les rgles suivantes s'imposent : 1.

Mesures immdiates de sauvegarde : Le SP qui dcouvre une source en informe immdiatement son CA, afin que ce dernier : Demande les renforts ncessaires, Fixe le CRM ; Engager les sauveteurs avec le maximum de scurit ;

Mettra en place un sas afin de contrler les entres et sorties de zone ; Crer un primtre de scurit a priori ; 65 Droulement d'une intervention Mesures immdiates de sauvegarde : Les binmes vont : Soustraire les victimes du danger immdiat ; Ne jamais toucher une source et viter de s'en approcher. S'engager en tenue de feu complte avec ARI et gants, mme si nous savons qu'elle n'est pas tanche aux poussires radioactives. Pntrer et ressortir de la zone par un cheminement balis et connu de tous. L'approche se fait au vent,

Regrouper les personnes impliques, les victimes 66 Droulement d'une intervention Mesures immdiates de sauvegarde : Si action d'extinction : l'eau sera utilise au minimum et si possible on ne manuvre pas les lances au voisinage immdiat des produits radioactifs. Ds que possible le COS mettra en place les zones de scurit (identiques au risque chimique) et fera faire une recherche de renseignements. 67

Droulement d'une intervention Recherche de renseignements : Rechercher les circonstances de laccident ou de lacte de malveillance ; Se renseigner sur la nature du produit : caractristiques, dangers ; Demander le relev des mesures effectues avant larrive des secours par le personnel sur place ; Senqurir de victimes ventuelles ; Se faire prciser les dispositions prises ; Demander un point micro-mto ; Evaluer les zones menaces.

68 Droulement d'une intervention Protection des primo intervenants : Les changements de bouteille d'ARI doivent se faire hors atmosphre suspecte, le masque maintenu sur le visage. Ne pas porter ses mains sa bouche ou son nez (cigarettes, aliments, boissons ). Le dblai ne devra tre effectu qu'en prsence de personnels spcialiss. Sassurer dune quipe de rserve permanente et constituer une rserve dair comprim ; Tenir jour un tat nominatif des personnels engags.

69 Droulement d'une intervention Protection des primo intervenants : Important : La dure d'engagement, dshabillage compris, doit-tre la plus courte possible. Les rgles et procdures d'habillage et de dshabillage sont identiques celles employes face au risque chimique. 70

Droulement d'une intervention Limiter l'volution de l'vnement : Les premiers engins intervenants doivent envisager des solutions de fortune afin de limiter les consquences de l'incident : Barrage de fortune pour endiguer les eaux dextinction, Fixation du risque dans la mesure du possible (ex : bche sur une poudre radioactive). Ensuite les quipes spcialises se chargeront : D'valuer le risque radiologique, De rcuprer la source l'aide de pince ou d'un robot, De la dcontamination des personnes impliques blesses ou non et du matriel. 71

Organisation des CMIR 6 emplois oprationnels : quipier reconnaissance, quipier intervention, Chef dquipe intervention, Chef dquipe reconnaissance, Chef CMIR, Conseiller technique (dp., zonal), La liste annuelle dpartementale daptitude oprationnelle des personnels aptes intervenir dans le domaine des risques radiologiques est arrte annuellement par le prfet sur proposition du DDMSIS. Elle fait apparatre lemploi tenu par chaque spcialiste

72 Organisation des CMIR Composition de la CMIR : Cellule Mobile Intervention Radiologique 73 Organisation des CMIR 74 Organisation des CMIR Structure nationale :

Lautorit de sret nuclaire (ASN) : Elle assure, au nom de ltat, le contrle de la sret nuclaire et de la radioprotection en France pour protger les travailleurs, les patients, le public et lenvironnement des risques lis lutilisation du nuclaire. Elle contribue galement linformation des citoyens. 75 Organisation des CMIR Structure nationale : Les missions de l'ASN sont : La rglementation : lASN est charge de contribuer llaboration de la rglementation, en donnant son avis au Gouvernement sur les projets de

dcrets et d'arrts ministriels ou en prenant des dcisions rglementaires caractre technique. Le contrle : lASN est charge de vrifier le respect des rgles et des prescriptions auxquelles sont soumises les installations ou activits quelle contrle. Linformation du public : lASN est charge de participer l'information du public, y compris en cas de situation durgence. 76 Organisation des CMIR La M.A.R.N. : Rattach la DGSCGC, la Mission nationale dAppui la gestion du Risque Nuclaire a pour objectif damliorer le dispositif global de gestion de crise. :

Appui des prfets pour les exercices nationaux de crise nuclaire, laboration de doctrine et de texte (PPI), Intervention sous forme de mission dappui en situation de crise sur demande du prfet et au COGIC. 77 Organisation des CMIR LInstitut de Radioprotection et de Sret Nuclaire : LI.R.S.N. assure lexclusion de toute responsabilit dexploitant nuclaire des missions de recherche et dexpertise dans les domaines suivants : Environnement et intervention, Radioprotection de lhomme,

Prvention des accidents majeurs, Sret des racteurs, Sret des usines, des laboratoires, des transports et des dchets, Expertise nuclaire de dfense, LIRSN dispose dun centre technique de crise (CTC) et de moyens quil peut envoyer sur le terrain pour assurer galement ces missions en situation durgence. 78 Organisation des CMIR Les moyens nationaux : Les moyens publics : Les C.M.I.R. : les moyens oprationnels pour les risques radiologiques

sarticulent autour des quipes reconnaissance et intervention constitues ou non en C.M.I.R. Elles proviennent des S.D.I.S., du S.D.M.I.S, de la B.S.P.P. et du B.M.P.M.. Les CMIR-G (GEMINI) : se sont des C.M.I.R. dotes de vhicule danthropogammamtrie servant au contrle de la contamination interne des populations. 79 Organisation des CMIR Les moyens nationaux : Les moyens publics : LU.I.I.S.C. : le dtachement dintervention technologique peut simpliquer

dans une situation durgence par rapport au risque radiologique. LI.R.S.N. : peut dtacher des quipes dintervention ainsi que des moyens avec entre autre des vhicules utilitaires ou wagon GEMINI. 80 Organisation des CMIR Les moyens nationaux : Les moyens publics : Les Z.I.P.E. et Z.I.D.E. : moyens et personnels de "Zone dIntervention de Premier (ou Deuxime) Echelon" mis disposition par le C.E.A. ou la C.O.G.E.M.A. en soutien des pouvoirs public. Le premier chelon correspond une quipe intervention arme par 1 ingnieur et 2 techniciens. Le deuxime

chelon est cr selon le besoin. Larme : le ministre de la dfense dispose de moyens spcialiss dans le risque radiologique. 81 Organisation des CMIR Les moyens privs : Le G.I.E. Intra : le groupement dintrt conomique regroupant ErDF, COGEMA et le CEA peut mettre des moyens lourds pour appuyer laction des pouvoirs publics. Ils disposent entre autre de robots filoguids, dengins de travaux publics radiocommands et dun systme hliportable de mesure de radioactivit.

Lexploitant : Le Plan dUrgence Interne (PUI) en cas dvnement dans une INB (installation nuclaire de base) permet les mises en scurit et de raliser les mesures. Les organismes de transport. Les laboratoires privs. 82 Organisation des CMIR LA CMIR SDMIS : La cellule C.M.I.R. est implante sur les CIS Lyon-Gerland et Saint-Priest Chaque jour un F.N.R.B.C. est arm afin d'intervenir avec des quipes de reconnaissance : Missions de lquipe de reconnaissance :

Sintgr dans le dispositif oprationnel. Renseigner le COS. Rendre compte en cours de lopration, des doses reues au chef de la CMIR ou au COS. Rendre compte en fin dopration, des doses reues lors des oprations au chef CMIR ou COS. 83 Organisation des CMIR LA CMIR SDMIS : Missions : Mesures conservatoires : Dlimiter et baliser une zone de scurit autour dune source ou du lieu dun vnement.

Assurer la protection des premiers intervenants. 84 Organisation des CMIR LA CMIR SDMIS : Missions : Mesures qualifications du risque : Effectuer des reconnaissances et recueillir des informations sur le risque, Effectuer des mesures dirradiation. Suspecter la prsence de la contamination de surface ventuelle. Participer aux relevs de mesures sur le terrain.

85 Organisation des CMIR LA CMIR SDMIS : Missions : Soutien : Assurer un soutien logistique aux quipes intervention ou autres quipes. Prparer larrive des quipes intervention. Se mettre la disposition du chef de la CMIR. 86 Conclusion

Connaissance radiologique du risque Mise en vidence de matires radioactives Techniques d'autoprotection Droulement type d'une intervention

Anne : 2018 Contact : pour toute remarque concernant ce document, merci denvoyer un mail sur ladresse suivante : [email protected] Information sur les CMIR 87

Recently Viewed Presentations

  • Embedding Maths Dave Kirby January 2017 Starter  Which

    Embedding Maths Dave Kirby January 2017 Starter Which

    Answers. Which is correct, six and six is four or six and six are four? Neither, 2 Marks. Divide 30 by a half and add 10. 70, 5 Marks. A train is on a perfectly circular track.
  • Chat og sms - Raffaele Brahe-Orlandi

    Chat og sms - Raffaele Brahe-Orlandi

    Hun gør opmærksom på, at chatten tit henviser til andre udenfor liggende tekster (Knudsen 2001:91). Klip fra teksten Far i gang med avisen - som sædvanlig - Mor i gang med aftensmaden, oprydningen og rengøringen (på en gang) - som...
  • Chapter 5, Macroevolution and the Early Primates

    Chapter 5, Macroevolution and the Early Primates

    Chapter 5 Macroevolution and the Early Primates Chapter Outline What Is Macroevevolution? When and Where Did the First Primates Appear, and What Were They Like? When Did the First Monkeys and Apes Appear, and What Were They Like? Macroevolution Over...
  • Two Acrobats, 1928 Blue and Red Bull with

    Two Acrobats, 1928 Blue and Red Bull with

    Black Camel with Blue Head and Red Tongue, 1971. Calder did not initially consider making a career out of art, however, and chose to study mechanical engineering in college. ... "When everything goes right," Calder said, "a mobile is a...
  • MIDDLE EAST VOCABULARY Patterson Where is this region?

    MIDDLE EAST VOCABULARY Patterson Where is this region?

    Synonym for oil or fossil fields. Settlement. ... Arable Land. Arable Land. Land that can grow crops. Settlement. 1. 2. Refugee. a person who has been forced to leave their country in order to escape war, persecution, or natural disaster....
  • Profitable Re-utilization of Floating Plastics in The Indian ...

    Profitable Re-utilization of Floating Plastics in The Indian ...

    Brick with e-Waste contents Other shapes/sizes of Timber /Wood & Brick substitutes are Boards/ Panels/legs/ support stands & Slabs/ ledges/ blocks /side beam or border stone as well as Marble/ Granite slabs. ... WIPO) European Patent Office/EPO has issued a...
  • Railway Industry Train Planning Level 2 Training

    Railway Industry Train Planning Level 2 Training

    De-Icer. On 3rd rail areas (almost the whole of the former Southern Region along with the DC Lines between Watford and Euston and the Merseyrail network it is necessary, during times of heavy frost, to lay a thin film of...
  • 01/17/2020 1 Registered Professional Nurse Supervision of Unlicensed

    01/17/2020 1 Registered Professional Nurse Supervision of Unlicensed

    Outcome. OPWDD and NYSED signed the Memorandum of Understanding (MOU) and Administrative Memorandum (ADM) effective April 1, 2015. This ADM is NOT to be implemented by any agency until such time that a plan of implementation is communicated to the...