Diapositive 1 - Math Rocks Eco

Diapositive 1 - Math Rocks Eco

CHAPITRE 2 LE CIRCUIT ECONOMIQUE ET LE PIB Plan du chapitre Le circuit conomique Rappel de comptabilit prive lmentaire Le PIB et ses trois approches de calcul Le PIB est-il un bon indicateur du bien-tre? Les comparaisons internationales de PIB et la PPA La balance des paiements Le Tableau Entres-Sorties (TES) La Comptabilit Nationale

Pour analyser la performance dune entreprise, il faut se doter de documents comptables (principalement le compte de rsultat et le bilan) Pour lanalyse macroconomique, il faut aussi se doter dinstruments comptables spciaux: cest la comptabilit nationale Cette comptabilit repose sur une classification des divers types dacteurs (ou agents) qui interviennent dans lconomie nationale: mnages, entreprises Elle permet de dterminer des agrgats qui reprsentent des grandeurs significatives au niveau du pays tout entier: PIB, consommation, investissement 1) Le circuit conomique Les agents de lconomie sont classs en groupes homognes appels secteurs institutionnels. Chaque groupe rassemble des units: les familles (et toutes les personnes) sont regroupes dans le secteur institutionnel mnage; les entreprises dans le secteur socits non-financires etc. Nous allons dans un premier temps reprsenter une conomie trs simplifie dans laquelle il ny a que

deux secteurs: les mnages et les entreprises Dans un second temps, nous ajouterons deux autres secteurs, les administrations et le reste du monde Le circuit conomique simplifi MARCHE DES FACTEURS MARCHE DES BIENS ET SERVICES Un circuit conomique un peu plus complexe Les comptes des agents Il y a 4 agents (ou secteurs institutionnels) dans le schma prcdent. Pour chacun de ces agents, on peut dresser un compte quilibr des emplois et des ressources Mnages: WA + WE + F + RP = TM + CM + S SALAIRES + AUTRES REVENUS = IMPOTS + CONSOMM. + EPARGNE

Entreprises: Y + FIN = WE + TE + I + EBE PRODUCTION + FINANCEMENTS RECUS = SALAIRES + IMPOTS + INVESTISSSEMENTS + PROFIT Administrations: TM + TE = F + CA + WA IMPOTS RECUS = REVENUS SOCIAUX + ACHATS DE B&S + SALAIRES Reste du Monde: M + CAPINTs = X + CAPINTe NOS IMPORTATIONS + NOS CAPITAUX SORTANTS = NOS EXPORTATIONS + LEURS CAPITAUX ENTRANTS Lquilibre des marchs On peut aussi crire lquation dquilibre de chaque march Dans ce schma, le march des facteurs a t dcompos en deux: march du travail et march des capitaux; et il reste le march des biens et services March du travail: WE + WA = WE + WA Salaires verss = salaires reus ; on a nglig les cotisations soc. March des capitaux: EBE + CAPINTe + S = FIN + CAPINTs + RP Profits + capitaux internationaux entrants + pargne =

financement des entreprises + capitaux internationaux sortants + revenus des capitaux verss aux mnages March des biens et services: Y + M = CA + CM + I + X Production + importations = consommation + investissement + exportations 2) Rappel de comptabilit prive lmentaire Ce rappel na pas la prtention de se substituer au cours de comptabilit, mais dintroduire quelques concepts valides en comptabilit nationale comme en comptabilit prive Pour grer une entreprise, on utilise principalement deux types de comptes: compte de rsultat et bilan. Il y a dautres documents comptables de moindre importance Le compte de rsultat est un document comptable synthtisant l'ensemble des charges et des produits d'une entreprise (ou autre organisme ayant une activit marchande), pendant une priode donne qui sappelle un exercice comptable (une anne, un trimestre etc). Ce document donne le rsultat net, c'est--dire ce que l'entreprise a gagn (bnfice) ou perdu (perte) au cours de lexercice comptable. Ce rsultat se retrouvera aussi au bilan.

Les soldes intermdiaires de gestion Le compte de rsultat comporte des soldes intermdiaires de gestion dcrivant de quelle faon s'est construit le rsultat. On part du chiffre daffaires ou total des ventes pendant lexercice comptable En dduisant du CA les achats de marchandises, on obtient la marge commerciale ou marge brute. En dduisant de la marge brute les achats de services externes (loyers, assurances, transport etc), on obtient la valeur ajoute En dduisant de la valeur ajoute les charges salariales et les impts sur la production (et en ajoutant les subventions), on obtient lexcdent brut dexploitation. Notion dEBITDA En dduisant de lexcdent brut dexploitation les amortissements, on obtient le rsultat net ou bnfice Le bilan comptable est un document qui synthtise un moment donn ( la fin de lexercice comptable) ce que l'entreprise possde, quon appelle "actif" (terrains, immeubles, etc.) et ses ressources ou ce quelle doit, quon appelle "passif" (capital, rserves, crdits reus

etc.) Le bilan squilibre grce au rsultat net PASSIF ACTIF Actif immobilis Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Immobilisations financires Actif circulant Stocks Crances clients Trsorerie (caisse) Capitaux propres Capital Rserves et provisions Rsultat net (bnfice) Dettes Emprunts Dettes fournisseurs Un exemple

Une entreprise se cre au 1-er janvier avec un capital de 50. Ce capital est dpos sur un compte bancaire crditeur de 50. Au cours de lanne, lentreprise achte pour 50 de matriel, paie 20 de salaires et ralise des ventes pour un montant de 100 Bilan au 1/1: passif = 50 (capital) ; actif = 50 (caisse) Compte de rsultat: chiffre daffaire = 100 ; marge brute = 100 50 = 50 = VA; EBE = 50 20 = 30 = RN Pourquoi retrouve-t-on ce rsultat au bilan au 31/12? Bilan au 31/12: capital = 50 (au passif); caisse ( lactif) = 50 + 100 50 20 = 80; pour quilibrer le bilan, il faut droite un RN = 30 Que retenir de cela? Les notions fondamentales de valeur ajoute et dexcdent brut dexploitation Ces deux notions sont largement utilises en comptabilit nationale, elles ont la mme signification quen comptabilit prive La mthode qui juxtapose des comptes de flux (le

compte de rsultat reflte ce qui se passe pendant une anne) et des comptes de stock (le bilan sintresse une situation une date donne) On retrouvera cette distinction entre flux et stocks en comptabilit nationale et plus gnralement en macroconomie Par exemple, la dette dun pays est un stock, le dficit budgtaire est un flux; laccumulation des dficits dette 3) Le PIB et ses trois approches Le Produit Intrieur Brut (PIB) appel encore Revenu Intrieur Brut est la mesure fondamentale de la production dun pays et donc un indicateur - cl de la macroconomie On dit produit ou revenu car comme on la vu dans le circuit tout ce qui est produit en termes de biens et de services engendre un revenu montaire; la valeur de la production est identique la valeur des revenus Il y a 3 mthodes de calcul du PIB: par la production; par les revenus; et par les utilisations A ct du PIB existe un Produit Intrieur Net, qui correspond la prise en compte (dduction) de l amortissement du capital national: PIB AM = PIN

a) Calcul du PIB par la production Pour calculer la production totale dun pays, on peut additionner la production de toutes ses entreprises (on verra que dautres agents peuvent aussi produire) Si lon additionnait leurs chiffres daffaire, on serait entrain comptabiliser plusieurs fois la mme production (exemple: boulangerie + moulin + ferme) Pour viter ces doubles comptes, on se rfre donc aux valeurs ajoutes On dduit donc de la somme brute des ventes la somme des consommations intermdiaires de marchandises et de services. Les consommations intermdiaires sont ce qui est dtruit loccasion de la production On a donc: PIB = VA Quel est le PIB de la France? Cherchons le PIB de la France (par la mthode de la production) sur le site de lINSEE Allons sur le site de lINSEE (taper insee sur google et choisir la premire rfrence) Dans le bandeau en haut, tapons thmes (viter bases de donnes, beaucoup plus compliqu)

Dans Thmes , choisir dans la colonne de gauche Comptes Nationaux Finances Publiques Dans cet onglet comptes nationaux, choisir Biens et Services et l production et consommation intermdiaire droite Dans la liste qui apparat, choisir les tableaux 2.101 et 2.104 1) ON A CHOISI THEMES 2) ET ENSUITE ON CHOISIT COMPTES NATIONAUX FINANCES PUBLIQUES 3) ON A CHOISI BIENS ET SERVICES 4) ENSUITE PRODUCTION ET CONSOMMATION INTERMEDIAIRE

5) ET ENFIN ON SELECTIONNE LES TABLEAUX 2.101 ET 2.104 Slection des donnes pour 2009 (1) Le tableau 2.101 donne la production brute prix courants. Il sagit de la somme des chiffres daffaire, qui contient donc de nombreux doubles-comptes Le tableau 2.104 donne les consommations intermdiaires (aussi prix courants). Il sagit des achats de marchandises et de services par les entreprises (ce qui est dduit quand on passe du chiffre daffaires la marge brute puis la valeur ajoute) Pour obtenir la valeur ajoute, il nous faut dduire des chiffres du tableau 2.101 les chiffres du tableau 2.104 Slection des donnes pour 2009 (2) On pourrait raisonner directement sur les totaux, mais il est plus intressant de regarder ce qui se passe par

branches: quelle est la valeur ajoute de lagriculture, de lindustrie etc. La prsentation par branches reflte ce quon appelle une nomenclature: on a class les activits de production (donc les entreprises ou les parties dentreprises pour les grandes units) selon leur appartenance un type ou un autre de production Limitons-nous un dcoupage en 5 branches: agriculture (DA), industrie (DB), construction (DH), services principalement marchands (DJ) , services administrs (DQ) Vous regarderez sur le site le contenu dtaill de ces branches La valeur ajoute par branches CALCUL DE LA VALEUR AJOUTEE PAR LA PRODUCTION France, 2009, milliards deuro prix courants (source INSEE) PRODUCTION BRUTE DA AGRICULTURE

DB CONSOMMATION INTERMEDIAIRE VALEUR AJOUTEE PART DE LA PART DE LA VA DE LA VA DANS LA BRANCHE PRODUCDANS LE TION TOTAL 79,8 49,8 30,0

1,7% 37,6% INDUSTRIE 844,7 631,4 213,3 12,4% 25,3% DH CONSTRUCTION 249,6

138,7 110,9 6,4% 44,4% DJ SERVICES MARCHANDS 1718,3 742,2 976,1 56,7%

56,8% DQ SERVICES ADMINISTRES 522,5 131,2 391,3 22,7% 74,9% 3414,9 1693,3 1721,7

100,0% 50,4% TOTAL BRANCHES Prise en compte de certains impts Le rsultat que nous avons obtenu (1721 milliards deuro) est la somme des valeurs ajoutes, mais pas tout fait le PIB Il faut tenir compte de ce que les consommateurs paient des taxes sur les produits, principalement la TVA et la TIPP, qui ajoutent de la valeur aux produits consomms, sans que cette valeur supplmentaire puisse tre affecte une branche particulire Pour obtenir le PIB, il faut donc ajouter au total de la valeur ajoute des branches les taxes mentionnes (dduction faite des subventions) PIB = VA + Taxes sur les produits subventions

Calcul final du PIB de la France en 2009 Le total de la valeur ajoute est de 1721,7 milliards deuro Les impts sur les produits (TVA, TIPP et quelques autres) reprsentent 201,1 milliards Les subventions aux produits sont de 15,7 milliards Le PIB de la France est donc 1721,7 + 201,1 15,7 = 1907,1 milliards deuro en 2009. Le taux de TVA moyen est donc (environ) de 11,7%: certains produits (les services administrs par exemple) ne sont pas taxs, dautres sont soumis au taux rduit de 5,5% et mme en ajoutant la TIPP qui est trs forte, on est loin datteindre le taux gnral de 19,6% b) Calcul du PIB par les revenus On peut aussi calculer le PIB en additionnant les rmunrations du facteur travail (les charges salariales) et du facteur capital (lEBE), cest--dire en prenant les composantes de la valeur ajoute Mais il faut encore ajouter les impts (nets de

subventions) sur la production et les importations Ces impts ne sont pas les mmes que ceux que lon a vu prcdemment: il sagit principalement de la taxe professionnelle rcemment rforme , de la taxe foncire et des droits de douane; les impts sur les produits sont encore ajouts in fine. On a donc PIB = W + EBE + T avec W les salaires et T les taxes nettes de subvention Le PIB par catgories de revenu CALCUL DU PIB PAR LES REVENUS, France 2009, milliards deuro et pourcentages / PIB REMUNERATION DES SALARIES dont: salaires nets cotisations sociales employs (incluses dans salaire brut) cotisations sociales payes par les employeurs REVENU MIXTE (entrepreneurs individuels) EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (profit et autres) dont: des mnages (loyers rels et fictifs) des administrations (amortissements infrastructures) des entreprises et des banques (rsultat net + amort.)

IMPOTS SUR LA PRODUCTION ET LES IMPORTATIONS SUBVENTIONS D'EXPLOITATION VALEUR AJOUTEE IMPOTS SUR LES PRODUITS SUBVENTIONS SUR LES PRODUITS PIB 1005,3 615,0 126,3 264,0 119,1 534,8 167,5 51,7 315,6 87,4 -24,9 1721,7 201,1 -15,7 1907,1

52,7% 32,2% 6,6% 13,8% 6,2% 28,0% 8,8% 2,7% 16,5% 4,6% -1,3% 90,3% 10,5% -0,8% 100,0% Commentaire du tableau prcdent La rmunration des salaris est comptabilise au cot total employeur: les cotisations sociales (qui financent la scurit sociale) sont imputes en partie aux salaris, en partie aux employeurs. Le

salaire net supporte encore lIRPP . Le revenu mixte sappelle ainsi parce que la rmunration des entrepreneurs individuels contient la fois celle du travail et celle de la proprit LEBE contient des lments trs divers: le profit des entreprises et des banques, mais aussi lamortissement du capital public et les loyers reus par les propritaires de logements (y compris le loyer thorique que les propritaires occupants se versent eux-mmes) c) Calcul du PIB par les utilisations finales La troisime mthode de calcul du PIB consiste additionner la valeur de tous les biens et services finals utiliss (achets) pendant lanne. On a donc ici une approche du PIB par la demande ou par les dpenses. Quest ce quun bien ou service final? Tout bien ou service autre que les consommations intermdiaires. Ce qui inclut les biens et services relevant de:

La consommation finale des mnages et des administrations Linvestissement priv et public (la FBCF) Laccroissement des stocks (S) Les exportations X (les achats par le Reste du Monde) Mais il faut videmment dduire les importations M, puisquune partie des postes prcdents est importe La composition du PIB La dcomposition prcdente souligne que la consommation et linvestissement (FBCF) peuvent tre privs ou publics , selon quil sagit dune demande manant du secteur priv (les mnages ou les entreprises dans le cas de linvestissement) ou du secteur public (les administrations) Gnralement, on essaie de regrouper ce qui relve de chacune de ces deux grandes catgories (priv et public). On arrive alors lquation suivante: PIB = C + I + G + S + X M

o C reprsente la consommation prive des mnages, I linvestissement priv des entreprises et G la somme de la consommation et de linvestissement publics Remarque sur les impts On remarque que dans lquation prcdente, contrairement aux deux autres modes de calcul du PIB, on ne fait pas apparatre les impts Cest parce que la consommation est comptabilise TTC et donc il ny a pas lieu dajouter la TVA ou la TIPP la somme des variables prcdentes, qui les incluent dj. Il y a au total trois sortes dimpts (plus exactement de prlvements obligatoires) Les impts sur les produits Les impts sur la production et les importations Les impts sur le revenu (IRPP, IS), dont on na pas encore parl: il sagit dimpts redistributifs ou transferts, par lesquels lEtat, en oprant ces prlvements, naccrot pas la valeur totale de la production. Les cotisations sociales en font partie. Le PIB selon ses utilisations finales Calcul du PIB par la demande (France, 2009)

Milliards deuro En % du PIB CONSOMMATION PRIVEE 1112,8 58,4% INVESTISSEMENT PRIVE 328,2 17,2% DEPENSES PUBLIQUES, dont 533,7 28,0%

469,8 24,6% Investissement public 63,9 3,4% VARIATIONS DE STOCKS -30,5 -1,6% EXPORTATIONS 439,6 23,1%

IMPORTATIONS -476,6 -25,0% PIB 1907,1 100,0% Consommation publique 4) Le PIB est-il un bon indicateur du bien-tre? Le PIB est lindicateur le plus frquemment utilis pour diagnostiquer le bien-tre dune nation Il y a pourtant des dimensions du bien-tre qui lui chappent: le climat du pays, la scurit qui y rgne, le degr de pollution ressenti, la sant et lducation des citoyens etc

Il est certain cependant quune nation riche (au sens du PIB) traite mieux quune pauvre ces questions Le PIB reste donc lheure actuelle la meilleure estimation du bien-tre. Mais il y a des limitations cette assimilation et mme quelques contradictions Le primtre du PIB en limite la signification Le problme des activits domestiques Le PIB ne tient compte que de ce qui schange sur le march. Une exception est faite pour les services publics qui sont comptabiliss leur cot de production. Ainsi, le travail de baby-sitter (sil est dclar) rentre dans le PIB, mais la mme activit effectue par les parents ne fera pas partie du PIB. Idem: restaurant / repas prpars la maison Le problme des activits non-dclares Le PIB est bas principalement sur la comptabilit des entreprises (ainsi que sur les transactions bancaires etc), qui ne reflte pas toujours la ralit des activits conomiques: il y a en moyenne 15 20% de travail au noir et dactivits informelles (et plus de 50% dans les PVD). On tente dintgrer dans le PIB une estimation, mais

Enfin, la croissance du PIB est lie en partie au travail Or, la rduction du temps de loisir nest pas dduite du PIB Et le PIB apparat parfois contradictoire avec le bien-tre On ne peut considrer que le PIB reflte toujours une amlioration de la satisfaction de la population Cas de la circulation urbaine: les embouteillages augmentent la consommation dessence, ce qui accrot le PIB Lachat de mdicaments accrot le PIB, sans tenir compte du fait que lacheteur du mdicament est malade Les dpenses de police accroissent le PIB mme si ces dpenses sont lies une augmentation de la criminalit Mais le gap le plus important dans le PIB concerne lenvironnement. Comme on la vu au chapitre 1, plus on produit, plus on pollue. Dans ce cas, la croissance du PIB est lie une dgradation de notre bien-tre Alors, faut-il jeter le PIB aux orties? Certainement pas! Malgr ses dfauts et insuffisances, le PIB reste

lindicateur fondamental du niveau de vie des pays Pour certaines analyses, il faut cependant laccompagner dautres indicateurs (par exemple environnementaux) qui peuvent le complter Par ailleurs, la rflexion sur la mesure du bien-tre se poursuit (y compris sur les ingalits) Le Prsident de la Rpublique a cr en 2007 une commission de rflexion et de proposition sur cette question. Elle est dirige par deux Prix Nobel trs connus Joseph Stiglitz et Amartya Sen qui ont remis leur rapport (lecture conseille) 5) Les comparaisons internationales de PIB et la PPA Reprenons des donnes sur les divers pays de lOCDE prsentes au TD2. On peut calculer par exemple les PIB par tte de la France et de la Turquie: 45827 et 9763 $. Apparemment, la France est 4,7 fois plus riche que la Turquie, en termes de niveau de vie. Or, ceux qui sont alls en Turquie ont remarqu que les prix dans ce pays taient nettement plus avantageux quen France.

Mme si les produits cotent environ la mme chose en magasin, les services tels que restaurants, htels, coiffeurs etc. sont nettement moins chers Ne faut-il pas prendre en compte ce facteur dans la comparaison des niveaux de vie? Comparaison des niveaux de vie La rponse est oui, il faut en tenir compte. En effet, le PIB est calcul (par les utilisations finales) sur la base des prix constats sur le march, dabord en turkish lira, puis en convertissant ce PIB en lira en dollars, galement au taux de change du march. Cela ne pose pas de problme pour les biens, car les prix des biens sont (approximativement) les mmes partout: si un bien cotait nettement moins cher dans le pays A, ce bien serait import par le pays B o il est plus cher, ce qui ferait la fois monter le prix en A et baisser en B galit Les biens sont changeables internationalement, et la loi du prix unique sy applique Le cas des services

Il nen va pas de mme des services, qui sont ce quon appelle des non-changeables En effet, un service est par dfinition consomm en mme temps quil est produit: cas du coiffeur Il ne peut tre stock ni transport, et ne peut donc pas non plus tre export ni import (il y a des exceptions) Etant labri de la concurrence internationale, le prix des services seront donc diffrents dun pays lautre L o les salaires sont plus levs (cest--dire l o la productivit dans les changeables est plus forte), les prix des services seront plus levs, et inversement Cela a des consquences sur le cot de la vie Comparaison des niveaux de vie Prenons le cas de la consommation des mnages, qui contient la fois des changeables et des services La consommation des mnages franais contient des changeables comptabiliss (environ) au mme prix que les changeables contenus dans la consommation des mnages turcs. La comparaison est quilibre. Mais les services consomms par les mnages franais vont tre comptabiliss un prix nettement suprieur

celui des services consomms par les turcs Pour obtenir une comparaison quilibre des niveaux de vie, il faut donc re-valoriser les services, de faon quils soient mesurs des deux cts aux mmes prix La Parit des Pouvoirs dAchat (PPA) Voici les rsultats obtenus pour les pays analyss au TD2 Comparaison des PIB par tte pour certains pays de lOCDE (2008, dollars) au taux de change du march 45831 au taux de change de PPA 34641 Allemagne 44511 36918

Italie 38705 32695 Japon 38272 33850 Norvge 94572 61415 Pologne 13861

18125 Portugal 23707 25206 Espagne 34971 32967 Turquie 9768 14630 Royaume-Uni

43357 37332 tats-Unis 47258 46901 France Commentaire du tableau prcdent Lopration que nous avons faite tait destine comparer les niveaux de vie et uniquement cela Du point de vue de lquilibre macroconomique, le PIB aux prix et taux de change du march reste le seul indicateur valable On constate que les pays les plus riches voient leur PIB par tte diminuer quand on le mesure en PPA, alors que les pays plus pauvres voient leur PIB augmenter Ainsi lcart entre la France et la Turquie qui tait de 4,7

en prix et taux de change du march passe 2,4 quand on le mesure en PPA Le classement des pays change compltement. Voir par exemple Espagne / Italie ou France / Royaume Uni This is a Moscow Big Mac. Find three differences with other Big Mac. Answer: you get 3 fingers as a bonus 6) La balance des paiements Dans la prsentation du PIB selon ses utilisations finales, on a vu que les importations (476,6 milliards deuro en 2009) taient suprieures aux exportations (439,6 milliards). Il y a un dficit du commerce extrieur ou un solde ngatif de la balance commerciale Cette situation nest pas nouvelle, et elle nous distingue de notre principal partenaire, lAllemagne, qui dispose pour sa part dun excdent commercial considrable La slide suivante montre lvolution du solde commercial de la France pendant 30 ans: certaines annes sont positives, mais les dix dernires annes

montrent une tendance plutt ngative Le solde commercial de la France Solde des ressources externe et interne Un pays qui a un dficit de son commerce extrieur prend et emploie des ressources en provenance de ltranger. On dit quil a un dficit externe de ressources Quelle consquence cela a-t-il pour lquilibre macroconomique? On avait les deux quations: PIB = W + EBE + T PIB = C + I + G + S + X M que lon peut transformer en: (M X) = (D Z) + (G T) en dsignant par D la somme des dpenses prives et par Z la somme des revenus privs En clair, le dficit commercial est gal au dficit du budget + le dficit de revenus privs / dpenses On a donc: dficit externe de ressources = dficit interne de ressources (idem en cas de surplus) Quelques exemples concrets

Quand un pays dpense plus quil ne produit en interne, il faut que le supplment de ressources quil utilise vienne de quelque part: il vient de lextrieur Cela peut tre une situation normale: un pays mergent a besoin de ressources pour dcoller, il a des perspectives de croissance rapide et investit beaucoup plus que ne lui permettent ses revenus et son pargne il est normal quil se procure des ressources lextrieur et quil ait la fois un dficit commercial et un excs de dpenses sur ses revenus (publics et privs) Il est vrai que depuis 10 ans, ce sont les PVD qui dgagent des surplus commerciaux et les dvelopps qui sont en dficit. Cest le paradoxe de Lucas Donnes de The Economist (voir le site) sur les dficits commercial et budgtaire Le cas des Etats-Unis Les Etats Unis font depuis plusieurs annes le plus gros dficit commercial du monde (surtout avec la Chine) Au cours des annes 90, avec un relatif quilibre des

revenus et des dpenses privs (D = Z), les Etats Unis ont constat le phnomne des dficits jumeaux (twin deficits): le dficit budgtaire (G T) tait approximativement gal au dficit commercial (M X) Faire du dficit budgtaire, cest--dire dpenser plus que les recettes fiscales, rend ncessaire de trouver des ressources relles supplmentaires: ce sont les importations suprieures aux exportations Mais quand Clinton a dcid de rduire le dficit budgtaire, cest lexcs de dpenses prives qui a pris le relai (D > Z) Le financement des dficits On comprend pourquoi les pays dficitaires font du dficit: cela leur donne des ressources supplmentaires. Mais pourquoi les pays excdentaires acceptent-ils de donner ainsi une partie de leurs ressources ? Parce quen fait ils les changent contre des actifs qui a. leur rapportent des revenus et b. leur donne un pouvoir conomique sur les pays dficitaires Tout dficit doit en effet tre financ Le dficit commercial engendre un passif par exemple une

dette du pays dficitaire envers le pays excdentaire, dette qui compense exactement le dficit Le dficit budgtaire engendre aussi une dette vis--vis des prteurs qui lont financ; prteurs extrieurs ou intrieurs Au total, nous avons la reprsentation suivante des dficits et de lendettement: Prsentation succincte de la Balance des Paiements Tous les pays tablissent un document normalis reprsentant comment leur dficit extrieur est financ Le dficit commercial peut tout dabord tre compens par des revenus reus sur des actifs pralablement accumuls et dtenus vis--vis de non rsidents. Par exemple, un pays peut dtenir des Bons du Trsor trangers (par lesquels il a financ dans le pass les dficits budgtaires de ces pays); ces bons fournissent des intrts Le dficit peut aussi tre financ par des transferts de fonds officiels (aide) ou privs. Toutes ces oprations sont inscrites au compte

courant de la balance des paiements Prsentation succincte du compte financier de la BdP Le compte courant a un solde ngatif en cas de dficit et positif en cas de surplus. Ce solde doit lui-mme tre financ (sil est ngatif; sinon, il doit financer qqch) Ce financement apparat dans la seconde partie de la Balance des Paiements, le compte financier, qui doit quilibrer lensemble des oprations (solde final = 0) Celui-ci prsente les variations (positives ou ngatives) de divers types dactifs ou de passifs Un dficit courant peut tre financ par laugmentation dun passif par exemple un prt reu: de largent rentre dans le pays, ce prt (accroissement du passif) figurera avec un signe + Un dficit peut aussi tre financ par la rduction dun actif par exemple la vente dactions trangres que lon dtenait Prsentation simplifie de la balance des paiements de la France Balance des Paiements France 2009 (milliards deuro) COMPTE COURANT

Dbit (-) Importations / Exportations Crdit (+) Solde 476,6 439,6 -37,0 Revenus (des capitaux dtenus) 18,6 Transferts (aide, envoi de fonds)

-24,3 Solde du compte courant -42,7 COMPTE FINANCIER Variations dActif Investissements Directs Etrangers Titres trangers / franais Prts octroys / reus Diminution des rserves officielles Variations de Passif 117,5

44,2 -73,3 65,8 303,6 237,8 -64,3 -205,0 -140,7 -3,9 3,9 Solde du compte financier

27,7 ERREURS ET OMISSIONS 15,0 Commentaire du tableau prcdent La France a en 2009 un dficit courant de 43 milliards, malgr des revenus de ses capitaux importants. Le poste transferts pse lourd: aide aux pays trangers par la coopration, envoi de fonds des travailleurs migrants. Voyons comment le compte financier quilibre le CC: Le poste IDE pse ngativement sur le financement puisque les firmes franaises investissent plus ltranger (117) que le contraire (44) : cest une sortie dargent supplmentaire Il en va de mme du poste prts puisque les prts reus de ltranger ont plus diminu (-205) que les prts accords aux non rsidents (-64) : cest une autre sortie dargent Finalement, seul le poste titres permet lajustement: les nonrsidents ont achet beaucoup plus dactions et dobligations franaises (303) que le contraire (65): cest une rentre dargent 7) Le Tableau Entres-Sorties

Le TES appel aussi Tableau Input-Output est un instrument comptable et analytique qui permet la fois de donner une reprsentation structure des 3 modes de calcul du PIB, et de raliser des prvisions Le principe de base est de faire apparatre les livraisons de B&S entre les branches de lconomie nationale: combien lagriculture livre-t-elle de produits lindustrie, combien lindustrie achte-telle de services etc En bref, on dresse pour chaque branche un bilan quilibr de tout ce quelle vend et de tout ce quelle achte, y compris les salaires pays et lEBE ralis Un exemple trs simple Prenons le cas dune conomie ferme et sans Etat, qui comporte 3 branches (agriculture, industrie, services) AGR IND SER TOT CI

(ventes) CONSO TOT DF (par branches) INV AGR 300 200 100 200 0

IND 100 400 300 400 300 SER 100 300 100 700

100 SAL 100 500 600 EBE 200 100 200 TOT CI (achats) TOT DF (par

emplois) TOT VA TOT PROD TOT PROD Explication du tableau prcdent Chacune des trois premires lignes du tableau reprsente les livraisons de chacune des branches aux autres branches et aux utilisations finales Chacune des 3 premires colonnes du tableau montre donc ce que chaque branche utilise comme produits en provenance des autres branches, ainsi que ses dpenses en salaires et en profit On devrait donc trouver au bout de chaque ligne et au bout de chaque colonne pour un secteur donn un total identique, tel que: somme des livraisons (chiffre daffaire) = somme des utilisations (cots) Reprsentons le mme tableau avec les totaux

Reprsentation complte du TES pour notre conomie trs simplifie AGR IND SER TOT CI (ventes) CONSO TOT DF (par branches) INV TOT PROD

AGR 300 200 100 600 200 0 200 800 IND 100

400 300 800 400 300 700 1500 SER 100 300 100

500 700 100 800 1300 TOT CI (achats) TOT DF par emplois 500 900 500

1900 1300 400 1700 SAL 100 500 600 1200 EBE 200 100

200 500 TOT VA 300 600 800 1700 TOT PROD 800 1500 1300

3600 Commentaire du tableau prcdent On constate bien que le total horizontal dune branche (par exemple 1500 pour lindustrie) est gal au total vertical de la mme branche; cest son chiffre daffaire Par contre, les totaux horizontaux des consommations intermdiaires ne sont pas gaux aux totaux verticaux On peut retrouver les 3 modes de calcul du PIB Par la production: total de la production brute de toutes les branches = 3600; total des consommations intermdiaires = 1900; PIB = 3600 1900 = 1700 Par les revenus: total des salaires = 1200; total EBE = 500; total PIB = 1200 + 500 = 1700 Par les utilisations finales: consommation = 1300; investissement = 400; total PIB = 1300 + 400 = 1700. VA = DF Le modle input-output Au-del de la reprsentation des comptes nationaux, le TES est utilis comme instrument de prvision. Il faut pour cela faire des hypothses supplmentaires: on passe alors du tableau comptable un modle

Cest lconomiste Lontieff qui a invent le modle inputoutput (ainsi dailleurs que le tableau) vers 1950 Lide de base du modle est que les consommations intermdiaires de chaque branche sont proportionnelles la production: par exemple les 200 de consommation de produits agricoles par lindustrie sont une proportion fixe des 1500 de production totale de lindustrie Si lindustrie produisait 3000, il faudrait 400 de produits agric. La fonction de production de Lontieff (ou coefficients fixes) On a alors une fonction de production, cest--dire une relation entre production et facteurs de production; ici, les seuls facteurs de production sont les B&S intermdiaires (mais on pourrait appliquer la mme hypothse au travail) La fonction de production input-output (ou de Lontieff) est dite fonction coefficients fixes Cela signifie que lon ne peut pas par exemple substituer des produits industriels aux produits agricoles pour produire les produits industriels

On verra plus tard quil y a des fonctions de production facteurs substituables, comme celles avec capital et travail La matrice des coefficients techniques On peut ainsi dterminer partir des chiffres inscrits dans le carr jaune, et en se rfrant aux chiffres de la production brute de chaque branche, des coefficients dits techniques. Lecture: pour produire 1 md de services, il faut 231 mn de produits industriels AGR IND SER AGR IND SER 300

200 100 0,375 0,133 0,077 100 400 300 0,125 0,267 0,231

100 300 100 0,125 0,200 0,077 800 1500 1300 1,000 1,000

1,000 Un peu de calcul matriciel Les carrs jaunes que lon a reprsents sappellent des matrices. Vous verrez cela en maths je ne sais pas quand, mais cest trs lmentaire. Le principe de base, cest quon peut sous certaines conditions raisonner sur les matrices comme sur les nombres Par exemple, en appelant a la matrice de droite sur la slide prcdente, on peut la multiplier droite par un vecteur colonne Q reprsentant les productions brutes et obtenir ainsi le total des consommations intermdiaires vendues par chaque branche Conformment au schma ci-dessous, on peut crire: {a} [Q] = [CI] Mais par ailleurs, on a aussi: [CI] + [DF] = [Q] Donc, {a}[Q] + [DF] = [Q] Ce qui peut aussi scrire [DF] = {I a} [Q] o {I} est la matrice unit, compose de 1 dans la diagonale et de 0

partout ailleurs. De l: [Q] = {I a}-1 [DF] A quoi sert le modle input-output? Le rsultat final du modle de Lontieff est que, si lon vise une certaine demande finale [DF] et sa composition, il est possible de prvoir la demande totale (la production brute [Q]) qui sadressera chaque branche de lconomie nationale Or, cest cette production brute de chaque branche qui dtermine par exemple lemploi de ces branches En particulier, une augmentation (par exemple) de la demande finale de services ne va pas se traduire seulement par une augmentation de la production de services Car pour produire des services, il faut aussi des produits de toutes les autres banches (et ainsi de suite) effets direct et indirect de la variation de demande finale Conclusion sur le TES Le modle input-output apparat comme une technique de planification trs intressante Mais il ny a plus de pays communistes ou lon aurait pu lutiliser

Du coup, ce modle est un peu tomb en dsutude Il reste cependant un instrument pdagogique irremplaable, en particulier pour faire comprendre les effets directs et indirects (les feedbacks) sur toutes les branches de laugmentation dun lment particulier de la demande finale Enfin, en tant quinstrument comptable, le TES garde toutes ses vertus et reprsente la forme la plus acheve de ce quon appelle le compte de production. Une forme plus rcente sappelle la balance emplois-ressources. Fin du chapitre 2 Merci de votre attention Des questions?

Recently Viewed Presentations

  • Four Campuses Castroville | Del Rio | Eagle

    Four Campuses Castroville | Del Rio | Eagle

    Student Safety And Security. Listed Below Are Several Websites Dealing With Student Safety: Campus Safety - From The SRSU RGC Website: This Site Deals With Various Forms Of Campus Violence And Provides Numbers For Local Sheriff, Police, And Fire Department...
  • Darwins Finches are groups of birds with similar

    Darwins Finches are groups of birds with similar

    Structures that have a similar evolutionary origin and structure but are adapted for different purposes, such as a bat wing and a human arm, are called _____. homologous Similar structure and function, have no common evolutionary origin..
  • Traversing, 1 - University of Washington

    Traversing, 1 - University of Washington

    Traversing by Interior Angles. A polygon is established around the site. All internal angles and all . horizontal. distances are measured. Each angle is measured in direct and reverse, the average is a single observation of the angle, how many...
  • OpenQuake Infomall ACES Meeting Maui May 4 2011

    OpenQuake Infomall ACES Meeting Maui May 4 2011

    Clouds and Jobs Clouds are a major industry thrust with a growing fraction of IT expenditure that IDC estimates will grow to $44.2 billion direct investment in 2013 while 15% of IT investment in 2011 will be related to cloud...
  • Case Presentation - University of Minnesota Duluth

    Case Presentation - University of Minnesota Duluth

    Case Presentation Judith Iwasko Case History Age: 63 years old Left cerebrovascular accident March 2002 Right sided hemiplegia Speech services @ Mercy Hospital and Health Center, dismissed due to plateau Currently receiving services at RFP Prior to CVA… Worked in...
  • 16.1 Expressing the Reaction Rate Differential Rate and ...

    16.1 Expressing the Reaction Rate Differential Rate and ...

    Steric Factor . Activation Energy Arrhenius Equation Reaction Coordinate Diagram. Catalyst factor. Maxwell-Boltzmann Diagram. Reaction Mechanism & Chapman cycle. Elementary Step. Rate Determining Step. Thermodynamics Vs. Kinetics.
  • Strategy Implementation: Organizing for Action Chapter 9 Learning

    Strategy Implementation: Organizing for Action Chapter 9 Learning

    Davis and Lawrence, authorities on the matrix form of organization, propose that three distinct phases exist in the development of the matrix structure: Temporary cross-functional task forces Product/brand management
  • ESSI Presentation - www.emcdda.europa.eu

    ESSI Presentation - www.emcdda.europa.eu

    Conclusion necessity for close coordination of existing/planned projects with similar character pre-definition of synergy's between beneficial countries political support awareness of "train the trainer" concept full awareness of the concept of sustainability …